Translate

French Arabic Bulgarian Chinese (Simplified) English German Greek Italian Japanese Korean Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Turkish Vietnamese

Visitors Counter

1032448
TodayToday248
YesterdayYesterday978
This_WeekThis_Week3890
This_MonthThis_Month5608
All_DaysAll_Days1032448

 

 

 

 

 

 

RICHARD RAYMOND

Montréal, Québec, CANADA

Tél. : 514-387-1803

Email : ahuntsic@hotmail.com

FB : https://www.facebook.com/richard.raymond.5437

 

 

 Crédit photo : Michel Hogue ©

 

BIOGRAPHIE

 

Richard Raymond est né et vit à Montréal. Il est autodidacte. Mais, pas tout à fait. À l’école secondaire, pendant quatre ans, un professeur d’arts plastiques lui a enseigné à regarder. Depuis, il regarde et il apprend. À Montréal comme dans chaque ville qu’il visite, il va au musée.

 

Au collégial, sa formation a négligé les arts plastiques. Mais il a continué à dessiner régulièrement jusqu’à l’âge de 22 ans. Par la suite, sa pratique du dessin est devenue sporadique.

 

Il a pratiqué le métier de journaliste pendant 33 ans, un métier prenant. L’année 2008 a été un point tournant à deux points de vue. Un, il a découvert le collage. Deux, il a été affecté à la page des arts et spectacles du site internet de Radio-Canada. À ce titre, il recevait chaque semaine une dizaine d’affiches, dont la grande majorité prenait le chemin de la poubelle de recyclage. Et il se disait : « Il y a quelque chose à faire avec ces affiches ». Jusqu’à ce que l’idée de faire du détournement d’affiches germe. Il a donc mit de côté toutes ces affiches pour en faire le support de ses futurs collages.

 

 

DÉMARCHE

 

Il pratique le collage depuis qu’il a prit sa retraite en 2011. Il est devenu pirate de l’aire, de l’espace. Par le moyen du collage, il détourne affiches ou photos de leur cible comme un « hijacker » enlève un avion. Quand un capitaine de la publicité en destine une à Paris, elle atterrit à Sabra ou à Cuba. À New York ? la voilà à Bombay.

 

L’affiche ou la photo commerciale, artefact mercantile et corruptible, peut-elle devenir œuvre, un objet qui ne vante que ses mérites propres et qui, en cela, dure ?

 

Sa pratique se veut essentiellement critique. Son but : dérouter le regard par la déroute de l’affiche ou de la photo qui célèbre le luxe.

 

Les détourner pour en faire un Merz. Mais qu’est-ce qu’un Merz ? Le collagiste allemand Kurt Schwitters (1887-1948) le définissait ainsi : « Tout s’est effondré et on doit créer de nouveaux objets à partir de fragments. C’est ça Merz. »

 

Pour créer de nouveaux objets, il torture l’affiche ou la photo, la coupe, recoupe, taille et retaille. Il y colle des sections d’autres affiches, des pages d’encyclopédies, de programmes de spectacles, calendriers, magazines, papiers mouchoirs, papiers de soie et, aussi, des papiers texturés de sa fabrication. Il revendique l’idée de Kurt Schwitters. Il est un Merzien. 

 

 

EXPOSITIONS

 

 

Retailles

 

Galerie Marc Gosselin

Montréal

Exposition collective organisée par Québec Collage

Du 10 au 14 juillet

2019

 

 

Fragments croisés

 

Librairie-Galerie Bonheur d’Occasion

Montréal

Exposition collective organisée par groupeC

Du 10 au 22 mai 2016

 

 

Déconstruction/Détournements

 

Librairie-Galerie Bonheur d’Occasion

Montréal

Exposition en duo

Du 4 au 8 mai 2016

.