Translate

French Arabic Bulgarian Chinese (Simplified) English German Greek Italian Japanese Korean Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Turkish Vietnamese

Visitors Counter

680167
TodayToday37
YesterdayYesterday696
This_WeekThis_Week2520
This_MonthThis_Month13020
All_DaysAll_Days680167

 

 

 

 

 

NIKOLAI KUPRIAKOV

Montréal, Québec, CANADA

Tél. : (514) 898-4179

Email : kupriak@hotmail.com

Site : www.kupriakov.com

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

Fondateur de l'École des Beaux-arts de Montréal-Artus et artiste engagé, Nikolai Kupriakov œuvre au Québec depuis 1991. Ses nombreuses études en art et en architecture, ainsi que sa compétence ont contribué au fil des ans, à bâtir sa réputation.

 

Né en Russie en 1963, il affirme avec certitude sa volonté de devenir artiste-peintre dès son jeune âge. Par la suite, sa vie et son parcours n’ont jamais dérogé du domaine des Beaux-Arts, qui selon lui, reste l’unique pilier de l’amalgame complexe que sont devenues les diverses pratiques en arts visuels.

 

Après avoir terminé ses études à l’École des Beaux-arts de Chuguev (Ukraine) en 1979, Nikolai Kupriakov obtient en 1985 un Baccalauréat en Architecture de l’Institut Polytechnique de Irkoutsk en URSS, puis en 1990, un Baccalauréat en Enseignements des arts plastiques de l’Académie nationale des Beaux-arts de Vilnius en Lituanie. Une fois établi au Québec, il obtient en 2001 une Maîtrise en Conservation de l’environnement bâti de l’Université de Montréal.

 

Entre 1985 et 1990, il travaille aussi comme architecte à Vilnius et gagne deux concours d’envergure national, ce qui lui permet malgré son jeune âge de devenir membre de l’Ordre des architectes de Lituanie.

 

Ses travaux artistiques de l’époque sont marqués par l’idéalisme d’un étudiant avec la tête légèrement enflée par les succès relatifs dans les milieux écolier et universitaire. Certains problèmes avec les autorités du régime soviétique le poussent à développer une attitude d’intolérance pour le système autoritaire en place.

 

En 1991, espérant trouver une société basée sur des valeurs qui respectent la démocratie et la liberté individuelle, Nikolai Kupriakov s’installe au Canada. Ses premières années sont marquées par une lutte acharnée avec le système d’immigration canadien afin de pouvoir s’établir au Québec. Pendant huit longues années, il est privé de ses deux enfants restés coincés en Lituanie. Cette thématique devient récurrente dans ses œuvres de l’époque.

 

Néanmoins, l’artiste mène une vie professionnelle active dans le milieu des arts visuels. Il s’implique dans la vie associative et fait partie d’abord du conseil d’administration du Conseil de la peinture du Québec (1996-1997), et ensuite du Conseil d’administration du Regroupement des artistes en arts visuel du Québec (RAAV) de 1998 à 2003. Il pratique la peinture et participe à de nombreuses expositions au Québec et à l’étranger. Ses œuvres, d’une profondeur particulière, amènent souvent le public à réfléchir sur plusieurs aspects de la vie sociale. Certaines de ses expositions ont déjà provoqué un débat public sur le rôle de l’art dans la société.

 

L’ironie du sort est que c’est au Québec qu’il est le plus frappé par la censure. Plusieurs de ses œuvres de nature contestataire, qui critiquent soit l’abus de pouvoir soit les tabous, sont retirées de diverses expositions. En 2005, après avoir critiqué la discrimination et les abus dans la Politique d’intégration des arts à l‘architecture du Québec qui s’adresse aux artistes professionnels, il se voit expulsé du fichier de cette politique par le Ministère de la Culture. Toutefois, il forme un groupe d’artistes qui militent pendant des années afin d’améliorer cette politique gouvernementale et de démocratiser son application.

 

En parallèle avec la pratique de la peinture de chevalet, il développe systématiquement la performance comme une forme de popularisation de la peinture. Ses interventions sont spectaculaires et ne passent pas inaperçues.

 

Il produit de nombreuses performances comme artiste invité dans des émissions de télévision, notamment ‘’La fin du monde est à 7 h 00’’, ‘’Le Gala Artis de 2009 ’’ et plusieurs autres. En juin 2009, lors du Festival du Grand Rire à Québec, il fait une prestation avec l’Orchestre symphonique de Québec dans le Grand théâtre de Québec.

 

En 1999, il fonde l’École des Beaux-arts de Montréal Artus (EBAMA) qui au fil des années devient l’école phare dans le domaine de l’enseignement classique des arts visuels à Montréal. Très rapidement son école devient la plus en demande parmi les établissements d’enseignement de la peinture et du dessin. La compétence de ses professeurs ainsi que la rigueur des programmes développés par Nikolai Kupriakov ont propulsés EBAMA au niveau d’incontournable dans le domaine de la formation professionnelle en peinture.

 

Autant dans sa création que dans son implication dans le milieu des arts visuels, Nikolai Kupriakov reste toujours fidèle à sa philosophie des arts fondée sur la démocratie et la liberté dans ce domaine. De plus, il défend vigoureusement ses principes du respect et du pluralisme des courants esthétiques. Ceci lui coûte cher cependant.

 

En effet, dans le contexte d‘une lutte acharnée contre la discrimination des artistes professionnels du Québec, il produit en 2013 une œuvre contestataire où figure le portrait d’une juge de la Cour supérieure du Québec en excréments. Il est immédiatement réprimé par la police du Québec. Ainsi, sa lutte contre la discrimination se transforme en lutte pour la Liberté d‘expression. Nikolai Kupriakov se voit obligé de s’exiler pendant près de deux ans en France.

 

À son retour au Québec, il reprend la direction de l’École des Beaux-arts de Montréal. Ses œuvres sont désormais encore plus tranchantes et éloquentes, reflétant la position sans compromis d’un artiste en ce qui concerne la défense des droits fondamentaux de notre société. 

 

 

DÉMARCHE ARTISTIQUE

 

La démarche est un parcours d’identité de l’artiste. Parfois altérable sur le plan créatif, mais constante dans ses principes de base, elle compose au fil des années une image qui nous définit comme une personnalité artistique. 

 

 

Les principes : 

 

Pratiquer la peinture dans le contexte des arts visuels actuel est déjà un défi. Souvent rester fidèle à ses convictions devient une menace pour la carrière artistique d’un artiste.

 

Comment, donc, préserver son intégrité dans un milieu où le succès de sa carrière dépend fréquemment du nombre d’amis dans les jurys de pairs.

 

Dans ce contexte, les principes directeurs sont obligatoires :

 

- Rester fidèle et idéaliste envers la discipline pratiquée, donc la peinture

 

- La pratique professionnelle doit se baser sur l’ensemble des connaissances en arts visuels et non sur la rupture où souvent l’originalité superficielle cache le vide du contenu

 

 

L’œuvre et l’approche : 

 

''Si je n’ai rien à raconter, je me tais.'' Henri Verneuil

 

Chaque peinture est une œuvre en soi. Elle doit correspondre au sujet du moment et répondre aux exigences les plus élevées des contemporains. Les actualités nourrissent la création en lui permettant de s’inscrire dans la temporalité et en assurant sa pertinence.

 

La réalisation visuelle d’une œuvre est plus importante que le discours qui l’accompagne. Quand le traitement pictural est capable de communiquer d’une façon efficace l’idée et le concept de l’artiste, le discours n’a plus aucune nécessité d’être.

 

Il est important que l’œuvre soit perspicace, éloquente et directe autant dans le traitement du sujet que dans la force de l’expression artistique. D’où l’obligation de soumettre son vocabulaire visuel (coloris, matériaux et structure compositionnelle) au concept principal du contenu, contenu qui nécessairement parle.

 

 

Technique :

  

Les matériaux ne sont que des outils. Cependant, il est important d’être curieux et de les explorer constamment afin d’enrichir le langage visuel de l’œuvre. C’est pourquoi dans la création de Nikolai Kupriakov on aperçoit à côté de la peinture à l’huile, des techniques mixtes où la photo et la soudure s’intègrent parfaitement  à La peinture.

.