Translate

French Arabic Bulgarian Chinese (Simplified) English German Greek Italian Japanese Korean Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Turkish Vietnamese

Visitors Counter

1032435
TodayToday235
YesterdayYesterday978
This_WeekThis_Week3877
This_MonthThis_Month5595
All_DaysAll_Days1032435

 

 

 

 

 

 

GUY SÉGUIN (GUZZZ)

Îles de la Madeleine, Québec, CANADA

Tél. : 514-261-0548

Email : guyseguin1027@gmail.com

Site : www.guzzzart.com

 

 

 

 

BIOGRAPHIE

 

 

Le vieux dicton « La vie n’est pas une longue ligne droite » me correspond tout à fait. Mon parcours est atypique, comme plusieurs. L’intérêt pour la photographie et le dessin est apparu simultanément tout comme un fort penchant pour les formes d’art de toutes origines. Je me rappelle des premiers clichés de craque-lures d’asphalte, de textures de pierre, un engouement pour l’infiniment petit…

 

Depuis toujours, le regard que porte l’être humain sur son apparence me fascine. À la suite d’un long ressourcement en Europe, j’ai entrepris des études en Arts visuels à l’UQÀM vers la fin des années 1980. Mes premières créations étaient largement inspirées par les œuvres des mouvements des Automatistes et des Expressionnistes abstraits, inspirées aussi par le moment présent… l’abandon du geste sur la toile.

 

La photographie de terrain et de studio a pris le dessus plusieurs années. Mes connaissances en scénographie, en techniques de scène, en technologies d’imagerie numérique et du langage dans l’image, le tout lié à mon travail de porte-parole pour une firme nippone, se sont avérées des atouts importants dans le développement de ma démarche créatrice.

 

 

DÉMARCHE

 

 

Mon travail est le résultat d’un processus unique, combinant divers médiums, le corps tel une toile vivante, prenant successivement différentes formes. La capture de chacun de ces instants devient une oeuvre d’art en soi.

Je pense que j’ai toujours été un artiste. Un être sensible. J’aimais me perdre dans mes pensées en observant l’infiniment petit ou l’infiniment grand. Petit, je dessinais constamment : des méandres, des sillons aux couleurs vives…

 

Au fil des années, j’ai découvert l’inspiration. Je m’imprégnais de ce qui m’entourait ou de ce qui se trouvait en moi pour exprimer une émotion, pour créer.

J’ai découvert la photographie à l’âge adulte et je n’ai plus jamais cessé de l’explorer.

J’aimais me faire surprendre par l’imprévisible, par l’inattendu. Mes premiers clichés : des fissures dans le ciment ou dans l’asphalte, la réflexion du ciel dans une flaque. Je recherchais sans cesse l’abstraction, l’éphémère, LE moment.

 

Rapidement, j’ai commencé à explorer le nu artistique. Le corps. Ce fascinant sujet, en perpétuel mouvement et si différent d’une personne à l’autre…

C’est au cours d’un long séjour en Europe que mon goût pour les arts sous toutes ses formes s’est affirmé. La musique, la poésie, la danse, les arts visuels, l’architecture… Dès mon retour chez moi, j’ai entrepris des études en Arts Visuels à l’université du Québec, à Montréal. De vivre au quotidien entouré de création et de créateurs a été un des beaux moments de ma vie.

Depuis maintenant quatre ans, je suis revenu à une vie de pure création, ayant consacré quelques décennies à pourvoir aux besoins de ma famille. Je suis inspiré par le parcours artistique des Automatistes et des Expressionnistes, ainsi que par les diverses cultures à travers le monde.

Mon approche, elle, est inspirée par le souci de l’humain pour son image.

Tous les matériaux et les techniques sont permis pour parvenir à mes fins : gouache, acrylique, argile, sable, papier, photographie, collage, crayons, techniques numériques, peinture sur le corps, etc. Petit à petit, le canevas prend diverses formes, selon le stade de création, et le sujet est appelé à se mouvoir, à se laisser voir et plus encore, à émouvoir. Au-delà d’un simple être dépourvu de ses artifices, la toile a une âme, un passé, un futur, et elle nous amène à être directement en contact avec son présent.

L’expérience prend ainsi une forme que j’appellerai «visage», tel un regard sur soi-même, une facette ou un reflet de soi, façonné par le moment présent. L’éphémérité du moment est un instant de sublime liberté, de laisser-aller.

 

Ce nouveau personnage, si unique, est tantôt triste, sombre et mystérieux, tantôt lumineux, joyeux et resplendissant. L’instant d’après, tout cela devient chose du passé, laissant seulement une empreinte sur la pellicule de la caméra.

 

C’est uniquement en travaillant en duo que l’image peut être créée. Chaque performance est une symbiose entre l’artiste et le sujet.

J’ai toujours privilégié les formes, les couleurs et les textures. Cependant, ma démarche n’a jamais cessé d’évoluer.

 

Le message de liberté créatrice du départ a progressivement pris une vocation plus ciblée et assumée, toujours autour de l’humain par rapport à l’image qu’il projette, mais aussi en dénonçant les impacts de ces comportements sur l’environnement. Je tends à vouloir transmettre un message d’urgence qui ne se veut pas forcément alarmiste mais plutôt réaliste.

 

 

PARCOURS

 

 

2000

 

J’ai cofondé le groupe Foudl’ART, une association d’artistes en arts visuels des Laurentides désireuse de promouvoir l’art sous toutes ses formes.

 

 

2008

 

Exposition solo intitulée «Marées », soit une série de photographies monochromes à la Maison de la culture de Lachute puis sur les murs du célèbre Café de la Grave aux Îles de la Madeleine.

 

 

2014

 

Naissance du projet « Dust and Dirt » qui évoluera vers « Visages éphémères », mon projet est toujours en cours. Lors d’une performance, j’invite le modèle à se raconter, à faire partie intégrante de l’oeuvre qui prend forme en direct. Être peint dans l’instantané plutôt que de transposer le sujet sur la toile permet l’interaction à un niveau tout autre. L’allure et les gestes du modèle se transforment dans l’oeuvre en constant changement.

 

 

2017

 

« Visages éphémères » fut présenté aux Îles de la Madeleine à la galerie La Méduse puis au Café de la Grave pour l’été. Puis à l’automne, l’exposition se transporta à Montréal, Cannes et Paris au célèbre Salon des Beaux Arts de la SNBA au Carrousel du Louvre.

 

2018

 

Représenté par la  Kipling Contemporary Art Gallery de Toronto depuis cette année, j'étais présent à Florence, Italie tout le mois d'avril à la galerie Merlino. 

 

En mai j'ai fait une exposition solo à la Maison de la culture de Lachute et à l'Espace Solo au Îles de la Madeleine au mois de juin. De plus à l'automne j'ai eu le grand bonheur de créer et présenter une exposition solo sous le thème de l'Homme et son environnement au Musée de la Mer, Îles de la Madeleine.

 

2019

 

L'exposition au Musée de la Mer s'est terminée en mars et je fûs sélectionné membre du jury au Concours de château de sable des Îles de la Madeleine.

 

.